Vous êtes ici

Expérience et chef de projet

Bruno a fait le choix d'évoluer dans l'expertise technique, plutôt que dans l'encadrement d'équipes ou de projets. Il a une bonne expérience d'encadrement, mais cela l'intéresse moins que de réaliser des systèmes répondant de la meilleure façon possible à des besoins utilisateurs donnés. Et par "meilleure façon possible", il entend facilité d'utilisation, fiabilité, et maintenabilité.

Les projets qu'il a pris en charge ces trente dernières années ont pour la plupart en commun la nécessité d'intégrer des sous-ensembles techniques qui demandent une certaine compétence en électronique numérique et en moyens de communication. La glu qui permet d'assembler tout cela est le logiciel, qu'il s'agisse de logiciel embarqué, de logiciel réseau ou de logiciel dit applicatif (mais l'applicatif se trouve également dans l'embarqué).

Entré comme chef de projet dans sa société actuelle il y a déjà plus d'une dizaine d'années, il a découvert que le terme chef de projet, dans la division dans lequel il travaillait, n'avait pas du tout la signification à laquelle il était habitué. Il avait été chef de projet auparavant dans une très grande société technologique étasunienne, puis pour une PME d'une centaine de personnes, dont il avait co-fondé la structure de R&D. Dans les deux cas, devenait chef de projet celui ou celle qui avait les meilleures compétences techniques, et qui avait en plus montré qu'il pouvait dialoguer avec le client, prendre en charge l'analyse des besoins, et coordonner une équipe de plusieurs ingénieurs. Les compétences techniques incluaient la définition d'architecture, la réalisation, l'intégration, les tests, etc.

Dans la société actuelle de Bruno, un chef de projet est quelqu'un qui rédige des présentations, organise des réunions et fait des rapports d'avancement. La plupart du temps, le chef de projet ne connaît pas le domaine métier des utilisateurs finaux du projet dont il s'occupe. Il n'a pas non plus les compétences lui permettant de comprendre de façon fine les technologies utilisées. Pour la réalisation, il se repose sur des développeurs d'une autre division, de la sous-traitance ou des partenariats.

Bruno a eu l'occasion un jour d'en discuter avec la Directrice des Ressources Humaines de la division concernée. Lorsqu'il eut expliqué à cette dernière que dans ses expériences professionnelles passées, le chef de projet était toujours celui qui était le plus compétent techniquement, il a perçu un moment d'hésitation de la part de la DRH, puis celle-ci lui a répondu : "C'est une idée intéressante. Cela pourrait être bien d'y réfléchir."

A l'époque de cet échange, Bruno avait déjà décidé de sortir de la filière chef de projet. Cette réponse de la DRH l'a conforté dans son idée.