Reconnaissance des compétences

Un grand groupe technologique français a mis en place il y a peu un mécanisme de reconnaissance des compétences. Ce mécanisme définit, selon les types de profils de salariés, des listes de compétences et quatre niveaux de maîtrise pour chaque compétence : base, opérationnel, avancé, référent. Lors de l'entretien annuel, le salarié et son responsable échangent sur les compétences du salarié, et leur positionnement dans l'échelle des niveaux, le but étant bien sûr de tomber d'accord sur un niveau pour chaque compétence.

Télécharger une vidéo Arte+7

LinuxArte propose souvent des programmes passionnants. Malheureusement, aux horaires pas forcément toujours compatibles avec nos périodes de temps libre. Notre récepteur / enregistreur TNT étant d'une qualité médiocre, la meilleure solution pour nous reste alors Arte+7. Hélas, les semaines passent parfois trop vite, et nous ratons définitivement une émission.

Un expert technique coûte cher

Une grande entreprise technologique française a mis en place une filière expertise technique il y a une dizaine d'années, et Danièle a été acceptée récemment dans cette filière.

L'entreprise présente la filière comme étant un moyen de reconnaître ceux de ses salariés qui ont acquis une expérience technique très avancée, et qui sont capables entre autre d'aider l'entreprise à prendre des décisions stratégiques.

Récemment, pour remettre à jour ses connaissances sur un sujet pointu, pour le projet pour lequel elle travaille, Danièle a sélectionné trois livres, bien connus dans son domaine. Comme tous les livres techniques, leur prix est relativement élevé. Mais rien d'extraordinaire : il y en a environ pour 200 euros pour les trois.

Télécharger une vidéo Pluzz

LinuxDans les quelques chaînes qui restent intéressantes en France, il y a Arte, LCP / Public Sénat et les chaînes de France Télévisions. Comme je l'ai indiqué pour Arte, il nous arrive de rater une série ou un documentaire en direct, et pour éviter de rater le décalé, il nous arrive d'utiliser Qarte.

Comment figer un projet en mutualisant son code

Antoine est ingénieur logiciel dans une grande entreprise. Il a plus de 30 ans d'expérience dans son domaine. Il y a quelque temps, il a démarré un développement pour un projet de recherche. Quelques collègues l'ont ensuite rejoint. Il s'agissait de réaliser un démonstrateur, dans un domaine bien spécifique de la gestion de données. Le contexte était celui que l'on retrouve souvent dans un projet de recherche : définition des besoins très floue, mouvante tout au long de la vie du projet, et intégration de sous-ensembles pas forcément très stables. Par ailleurs, le projet ne devant pas être mis dans les mains de véritables utilisateurs, il était possible de faire l'impasse sur un certain nombre de fonctions, comme la gestion des utilisateurs, la sécurité, etc.

Pages

S'abonner à